Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 21:20

Le mur de Berlin s'écroulait il y a 20 ans.


De la construction du mur en 1961 à sa chute en 1989, les deux Allemagnes créées en 1949  -la République Fédérale à l'Ouest et la République Démocratique à l'Est- étaient politiquement et physiquement séparées: par le mur à Berlin, par une frontière gardée par l'armée ailleurs.


Cependant, durant la période 1945 – 1961, donc avant la construction du mur,  de nombreux allemands ont franchi la frontière Est/Ouest, réputée infranchissable, au péril de leur vie.


C.D est  née en 1945 à Strelitz, dans le Mecklembourg, près de la frontière germano-polonaise. A l'Est donc, comme on disait à l'époque.


Voici son témoignage, très émouvant, sur son passage à l'Ouest  en 1954, avec sa famille.

 

Pour trouver une synthèse trés bien faite de l'histoire de l'Allemagne après 1945, vous pouvez consulter le site de l'académie de Nancy en cliquant ici.

 

Est-ce que les films et reportages, souvent très émouvants, abondamment diffusés en ce moment, en France comme en Allemagne, sur la chute du mur et les « deux » Allemagnes ne vous sont pas trop pénibles?


« Naturellement, ils m’émeuvent beaucoup. Personnellement, des détails pénibles me reviennent toujours brutalement en mémoire. L’angoisse et l’amertume émergent à nouveau. Mais en tant que citoyen, individuellement, on ne pouvait pas faire grand-chose.

Pourtant, nous avons réussi à cette époque à laisser notre malheur derrière nous et à prendre un nouveau départ. »


Quand êtes-vous passée à l'Ouest?


«Nous avions déménagé de Strelitz à Hindenburg, près de Rostock (Mecklembourg-Poméranie occidentale) en 1950 (je ne me souviens plus très bien…). Nous y possédions une assez grande ferme, dont nous allions être expropriés. Le nouveau régime la transformait en kolkhoze.

Nous avons donc fui en 1954, avant la construction du mur (13 Août 1961). A cette époque, conformément à la procédure d’accueil d’urgence des Allemands de l’Est qui regagnaient la République Fédérale (22 Août 1950) (1), il n’y avait à la frontière que des barbelés.

Nous avons donc quitté Hindenburg en voiture jusqu’aux environs de Berlin-Pankow (2), où habitait mon grand-oncle (frère de ma grand-mère), qui était en outre garde-frontière. Il est venu à notre rencontre, car il était au courant de notre projet. Il nous a montré les endroits à

éviter en raison de la présence de mines. Il pensait effet qu’il était plus prudent que nous continuions à pieds. Lui rentrerait par un autre chemin, car il aurait été trop dangereux pour lui de nous accompagner. Il faisait nuit. Nous sommes partis de nuit, avec armes et bagages, empruntant le chemin qu’il nous avait conseillé pour éviter les mines. Mon jeune cousin et moi étions cachés dans un panier d’osier, pour éviter que nous ne fassions des bêtises ou que nous nous égarions loin des adultes. Nous avons couru droit devant nous dans la nuit à travers les barbelés, pour rejoindre mon grand-oncle chez lui, à Berlin-Pankow. Il nous a ensuite conduit en voiture à la station de métro la plus proche, en direction de Tegel(3), où se trouvait un camp d’accueil. Nous sommes montés en confiance dans le métro, qui était bondé. Nous, les enfants, étions assis sur ce fameux panier d’osier, dans le coin d'un passage entre deux wagons. Ma grand-mère tremblait de peur d’être contrôlée au passage à la frontière. Quelques minutes plus tard, le train s’arrêta dans le centre-ville, vraisemblablement en secteur occidental. De nombreux voyageurs se pressèrent pour descendre. On entendait « Attention, contrôle ! ». Mamie ne savait pas s’il s’agissait du terminus ou d’une station de correspondance. Alors nous sommes descendus et avons demandé notre chemin. Il nous fallut marcher encore un bon bout de chemin à travers les rues avant d’arriver finalement à Tegel où nous fûmes pris en charge. Ensuite, nous avons été envoyés au camp de réfugiés de Tempelhof  (4).

En 1956, nous avons été transférés au camp de Marlsbach, puis à celui de Saint Blasien, tous deux en en Forêt Noire. »

 


C. D. a ensuite , beaucoup plus tard, quitté l’Allemagne. Mais elle garde des liens étroits avec son pays natal.


Propos recueillis et traduits par Jean-Luc Théron.

L'illustration vient du site de l'Académie de Nancy, cité en début d'article.

 

(1)La loi sur l’accueil d’urgence des Allemands sur le territoire fédéral fut promulguée le 22 août 1950. Elle réglementait l’admission des réfugiés en provenance de la RDA ou de Berlin-Est.

Pour obtenir un permis de séjour en RFA et à Berlin-Ouest, les réfugiés devaient se soumettre à une « procédure de reconnaissance ». A la suite de quoi leur était assigné un lieu de résidence.

Cette réglementation avait pour but de répartir harmonieusement entre les différents « Länder » l’afflux des réfugiés.

 

(2) Pankow: district situé au Nord de Berlin qui fut le siège du Gouvernement de la RDA de 1949 à 1968. À l'époque de la Guerre froide, l'expression « gouvernement de Pankow » était habituellement utilisée pour désigner le gouvernement de la RDA, la souveraineté sur Berlin lui étant ainsi déniée.

 

(3) Tegel : L'aéroport de Tegel se situe au nord-ouest du centre de Berlin dans l'arrondissement de Reinickendorf. C'est le principal aéroport parmi les trois aéroports berlinois.Pendant le Blocus de Berlin y fut construit la plus grande piste (2400 m) d'Europe, en seulement deux mois de travaux, par les forces françaises en Allemagne. Ainsi le premier avion du pont aérien a pu atterrir le 5 novembre 1948, un mois avant son ouverture officielle.

Pendant la guerre froide et à cause du statut spécial de Berlin-Ouest, seules les compagnies aériennes alliées pouvaient atterrir à Tegel. Il fallut attendre le 3 octobre 1990, date de la réunification allemande pour que la Lufthansa puisse également bénéficier de ses installations aéroportuaires.

 

(4) Tempelhof : quartier de Berlin (Tempelhof-Schöneberg) et célèbre aéroport, créé en 1923.

C'est le plus vieil aéroport commercial au monde et le premier aéroport à avoir été relié par un métro en 1927. Durant la phase de réaménagement de Berlin sous la direction d'Albert Speer, le troisième Reich avait décidé en 1934 de remplacer le terminal. Le nouveau projet fut réalisé par Ernst Sagebiel. Les travaux se sont déroulés entre 1936 et 1941. Après la Seconde Guerre mondiale, Tempelhof fut l'un des aéroports utilisés par les Américains et les Britanniques pendant le pont aérien de 1948 et 1949, période où le ravitaillement fut acheminé par avion. Les Berlinois appelaient ces appareils acheminant la nourriture les « bombardiers de friandises » (Rosinenbomber). Du charbon, des vivres et même une centrale électrique en pièces détachées furent amenés à Berlin-Ouest.

L’aéroport fut fermé le 30 octobre 2008.

Partager cet article

Repost 0
Jean-Luc Théron - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Modem à Saint-Quentin en Yvelines
  • : Bienvenue, Ce blog existe à l'initiative de plusieurs adhérents du Modem habitant les différentes communes de Saint Quentin en Yvelines. Il porte les valeurs du Mouvement Démocrate. Il est donc ouvert à tous : adhérents, sympathisants et à tous les autres ! Ce blog est là pour alimenter la réflexion, favoriser le débat d'idées, les prises de positions et faire avancer concrètement les sujets qui nous concernent tous. A bientôt.
  • Contact